Poker et psychologie

Tous les joueurs de poker qui se respectent jouent au poker avec une stratégie. La stratégie est l'un des éléments essentiels du poker. Malgré ce fait, de nombreux joueurs de poker ne considèrent pas ce côté humain du jeu. 

Comprendre ce qui se passe dans l'esprit de nos adversaires irrationnels est aussi important et difficile que de résoudre une formule mathématique. Vous devrez regarder à l'intérieur si vous voulez gagner au poker. 

Vous devrez reconnaître que parfois, votre gameplay peut être influencé par vos pensées et vos sentiments. Comprendre et être prudent avec la psychologie du jeu vous aide de deux manières : 

  • Vous pouvez mieux lire les cartes de votre adversaire si vous pouvez lire ses pensées et ses sentiments.
  • Une compréhension plus profonde et meilleure de votre personnalité garantit que vous jouez de votre mieux sans aucun inclinaison.

Vos adversaires vont et viennent avec le nombre de parties que vous jouez. Mais un joueur reste pour toujours. Ce joueur, c'est vous. 

Conscience de soi

Vous conviendrez que les personnes les plus délirantes de la planète sont les joueurs de poker. Ils aiment voir les flops et ne jouent pas trop de mains. Les joueurs de poker pensent qu'ils n'étaient pas responsables d'avoir relancé au mauvais moment. Au lieu de cela, c'était sans aucun doute la faute de l'adversaire pour ne pas s'être couché !

Une rationalisation égale et opposée justifie chaque erreur commise à la table de poker. Et quand tout échoue, eh bien, la malchance est à blâmer.

Corréler l'ego et la compétition

La concurrence est connue pour faire ressortir l'ego fragile des joueurs de poker. Mais il y a quelque chose dans le fait de perdre au poker qui est tout simplement insupportable à gérer. Perdre de l'argent est quelque chose que personne n'apprécie. Cependant, il y a quelque chose de plus précieux et désirable que l'argent que les joueurs de poker détestent perdre : la fierté. 

Le poker trouve ses racines dans le machisme. C'est une terrible faiblesse d'admettre que quelqu'un assis en face de vous pourrait être plus robuste, plus intelligent ou tout simplement meilleur. L'esprit d'un joueur de poker fera tout son possible pour éviter une pensée aussi répugnante. 

La confiance est l'élément critique d'un jeu de poker. Aucun joueur de poker ne peut gagner sans confiance. Pour résister aux aléas du jeu, les joueurs de poker doivent avoir confiance en eux. Mais quelle est la différence entre la confiance et l'orgueil démesuré ?

C'est précisément là qu'intervient la connaissance de soi. La chose la plus importante à la table de poker est la capacité à être honnête avec soi-même. L'honnêteté est vraiment la meilleure politique. Bien sûr, ce processus semble plus facile à dire qu'à faire.

Combien de fois avez-vous vu des joueurs de poker admettre que perdre était de leur faute ? Réaliser sa faute, c'est comme verser du jus de citron sur sa coupe. Il est assez facile de rejeter la responsabilité d'une défaite sur l'adversaire au lieu de penser que l'on n'a pas joué correctement. 

C'est maintenant que l'honnêteté entre en jeu. L'honnêteté facilite les joueurs de poker dans le processus de réalisation.

Connaître l'adversaire

Si vous voulez jouer à un jeu à un niveau supérieur, vous devriez lire les joueurs autour de vous. En lisant votre adversaire, vous pouvez le mettre sur un éventail de mains. Et, en plaçant votre adversaire sur une gamme de mains, vous pouvez prendre une décision correcte la plupart du temps.

Quatre styles de base pour jouer au poker

Il existe quatre grandes catégories de gameplay :

  • Poste passif ou d'appel en vrac
  • Passif serré ou rock
  • Lâche agressif (LAG) ou maniaque
  • Tight agressif (TAG) ou requin

La plupart de vos adversaires peuvent être regroupés dans l'une de ces catégories. Cependant, il y a bien plus que simplement étiqueter votre adversaire. Pour commencer, vous devriez essayer de penser que ces catégories sont quatre points sur un spectre. Ou précisément, deux spectres. 

Ainsi, un spectre contient des joueurs allant du passif ultra-milquetoast aux joueurs agressifs crachant des jetons. Et l'autre spectre comprend les joueurs les plus serrés du terrain vague. La première chose à faire est de déterminer où se trouvent vos adversaires – passifs à agressifs ou serrés à perdants.

Les joueurs agressifs cherchent généralement à intimider leurs coéquipiers. Ils ont généralement les caractéristiques suivantes : 

  • S'habiller de couleurs vives
  • Utiliser un langage dur et brutal 
  • Parler fort
  • Acheter pour de gros montants 
  • Vouloir être le centre d'attention

De tels joueurs mettent leurs adversaires en inclinaison. D'un autre côté, les joueurs de poker passifs évitent toujours les conflits. Ils sont sociaux mais ne dérangeront jamais personne. Les joueurs serrés, cependant, sont conservateurs et délibérés dans tout ce qu'ils choisissent de faire. 

Vous les verrez empiler soigneusement les chips, s'habiller modérément et parler rarement. En même temps, les joueurs loose sont impulsifs, impatients, négligents avec leurs jetons et bavards. 

Cependant, il faut quand même être prudent car il y a toujours des exceptions à ces généralisations ! Réfléchissez donc avant de stéréotyper les joueurs dans ces catégories.

Jouer en conséquence

Maintenant que vous avez une idée décente et bonne de qui et de ce que vous affrontez, les vrais jeux psychologiques commencent. Cette partie du jeu implique un niveau de réflexion plus élevé. Par exemple, les joueurs de niveau 1 réfléchissent à ce qu'ils tiennent. Mais les joueurs de niveau 2 pensent aux cartes de leur adversaire. 

Un joueur de niveau 3, cependant, considère ce que l'adversaire pense que le joueur de niveau 3 a. Cette partie peut être délicate sans savoir comment votre adversaire vous lit. Utilisez donc ces tactiques et stratégies psychologiques pour comprendre ce que votre adversaire pourrait penser.

Le jeu d'esprit ultime – Bluff

Un bluff peut réussir en fonction de plusieurs facteurs. Cependant, le bluff vit ou meurt en fin de compte selon le joueur contre qui le bluff est contre. Voici les situations où le bluff ne survivra pas : 

  • Si le joueur sent ce qui mijote
  • Si le joueur a une main plus substantielle que ce qui est perçu 
  • Si le joueur a confiance en lui grâce à quelques victoires récentes

Le protocole ne bluffe pas les joueurs faibles. Le protocole correct consiste à bluffer les joueurs qui se sentent vulnérables à ce moment précis. Beaucoup de bluff dépend de la tactique. Les deux choses que vous devriez considérer avant de bluffer sont : la position et tailles de pile

Cependant, le bluff est un jeu total de psychologie. 

résumer

La psychologie ne peut pas remplacer les mathématiques utilisées au poker. Cependant, la psychologie associée à une stratégie de poker imbattable peut sans aucun doute ajouter une profondeur incroyable au jeu et à vos poches. Cela crée un punch solide qui est pratiquement invincible.

En étant attentif au côté humain du jeu et en calculant les chances, les joueurs de poker peuvent avoir le meilleur des deux mondes !

Laissez un commentaire